Dans la peau d’une personne à mobilité réduite

Suite à une chute (voir article précédent), je me retrouve « handicapée » pour quelques semaines. Le déplacement en béquilles étant réduit à son minimum, j’opte pour un fauteuil roulant. Durant ces temps un peu compliqués, j’ai appris énormément entre autre :

LA DEPENDANCE : sans assistance, mon périmètre est limité à un appartement avec extérieur direct : rien ne sert d’avoir un balcon de 10 mètres de long, je profite de 1 m2 tout au plus. Indépendante (de caractère et de statut professionnel), je dois demander de l’aide pour éviter au maximum de marcher. Cela oblige également à oser demander.

Je peux imaginer, la colère, les frustrations, la tristesse que les personnes en situation d’handicap peuvent vivre suite à ce besoin constant d’aide des autres.

LA CONFIANCE et pas en n’importe qui : ton guide doit être musclé(e) !  Même avec un poids « normal », je suis lourde pour celui qui me pousse. Les trottoirs sont toujours trop hauts et si on trouve un accès handicapé (trottoir plus bas), il n’y en a pas sur le trottoir d’en face. Il faut donc soulever l’avant du fauteuil (et moi dedans qui bascule en arrière) puis soulever l’arrière.  Séance de musculation assurée !

Handicapée pour quelques semaines.

J’ai aussi dû apprendre à surmonter ma peur : mon guide décide parfois de tirer le fauteuil ou s’arrête sans crier gare. Il tourne parfois le fauteuil afin de descendre en arrière et là je ne maitrise rien (sauf les deux bras du fauteuil que je serre très fort pour ne pas paniquer).  Chaque mouvement brusque est ressenti comme un choc par mon aide.

LA NOTION DE TEMPS : j’oublie de vivre à 100 à l’heure, j’oublie de faire plusieurs choses à la fois, j’oublie le sport. Je revois mes priorités : ne faire que le nécessaire, réduire mes déplacements pour éviter tout effort physique superflu. Je pense à me reposer pour espérer guérir plus vite. Je marche lentement et descends un étage en 3 minutes grâce à la rampe. Pas grave, je suis descendue et c’est ce qui compte, non ?

  • LA PATIENCE envers soi et envers les autres. Une qualité que j’ai dû développer même si j’en ai toujours pour mes clients.
  • LE LACHER-PRISE : ici et maintenant : le temps s’écoule et j’ai appris à faire une chose à la fois ou à ne rien faire ou pas grand-chose: regarder les passants, connaitre les habitués de la terrasse du café d’en face ou voir si la boutique à l’angle de la rue a des clients. Chez moi, je ne vois plus la poussière, le lit pas fait, les miettes sur la table. Tout n’est pas à faire dans la minute !

L’ORGANISATION : réfléchir avant, pour éviter les trajets : livre ou magazines, lunettes, ordinateur, téléphone, bouteille d’eau…il faut être méthodique pour optimiser ses déplacements. En même temps, je me rends compte que je ne peux rien porter quand je me déplace en béquilles. Et je reviens au point 1.

Tout évènement amène un changement et le changement nous fait modifier nos habitudes, notre comportement.  Nous ne sommes pas toujours préparés mais nous savons nous adapter. L’important est de savoir rebondir !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *